Logo Renaultmarque-de-voiture-renault-logo

Icône de l’industrie (automobile) française, Renault est l’une des quelques marques séculaires encore en activité et disposant d’une indépendance confirmée dans le domaine de la conception automobile.

Elle connaît une histoire mouvementée s’étalant sur plus d’un siècle.

Malgré les réquisitions, une période de mainmise étatique et des remous en temps de crise qui ont quelque peu freiné son développement, elle réussit tout de même au fur et à mesure de se forger une identité et lui permettre de se faire une place prépondérante dans la liste des plus grands constructeurs mondiaux.

Aujourd’hui, c’est presque en toute simplicité que Renault atteint les 3 millions de véhicules vendus par an.

Retour sur une industrie franco-française en pleine mutation.

Un départ en trombe pour Renault

Avant même d’avoir fondé la société Renault Frères en 1899, l’ingénieux jeune mécanicien de la famille, Louis, réussit à concevoir le modèle 0 de la toute nouvelle marque.

La Type A est en fait un prototype de voiturette issue du remodelage d’un tricycle (celui du plus grand constructeur automobile de l’époque, De Dion-Bouton).

La principale astuce consiste en l’implémentation du système de vitesse en prise directe, une invention qui est à l’origine de l’ascension rapide de l’entreprise.

Néanmoins, pour mieux s’introduire dans un marché plus ou moins conquis par les marques étrangères, Renault doit faire comme tout le monde : participer aux courses automobiles.

De victoire en victoire, et grâce à ses gains issus des ventes auprès de la haut bourgeoisie, la notoriété de Renault passe de “nationale” à “internationale” en quelques années grâce à ses « taxis ».

Seul aux rênes de sa société, Louis Renault se démarque encore plus par la diversification de ses quatre-roues : camionnettes, omnibus léger…

Il va même être le premier français à ouvrir une section aéronautique.

Cette performance dans la production va également le mener en haut de la liste des entreprises les plus sollicitées par l’industrie, en France particulièrement.

Les périodes de défi de Renault

Les deux guerres mondiales sont à chaque fois des tournants dans l’histoire de Renault.

Durant la période 14-18, on lui réquisitionne d’abord 1000 taxis (les fameux taxis de la Marne) pour le transport de la troupe française.

Son industrie doit également fabriquer pour l’armée des ambulances, des camions, des chars, mais aussi des obus et des brancards…

Cette participation active à la guerre lui permet de de venir le premier constructeur privé hexagonal, même si la société doit abandonner durant 4 ans la fabrication de voitures.

À partir de 1919, Renault doit faire face à un autre problème de taille : les marques de voiture s’orientent désormais vers les modèles grands publics. L’arrivée de Citroën et et de Peugeot sont un défi majeur.

En quête de productivité, Renault comme d’autres marques de l’époque délaisse le progrès technique durant la Seconde Guerre.

La nationalisation de l’entreprise et le décès de Louis Renault après la guerre marquent une nouvelle étape pour le constructeur. Devenue propriété intégrale de l’État, la société Renault reste néanmoins le leader dans son marché.

Des dizaines de modèles tout public sortent de l’usine, même si elle est fortement marquée par les crises depuis la fin des années 1960 jusque dans les années 1980.

Lorsqu’elle redevient totalement privée en 1996, Renault est consolidée, notamment avec son alliance avec Samsung, le russe AvtoVaz puis Nissan et sa reprise de Dacia.

La marque de voiture Renault au fil des ans

Après ses modèles 40 cv dans les années 1920 et ses voitures aérodynamiques des années 1930 comme Vivastella ou Suprastella, Renault démarre ses modèles cultes avec la 4CV (1946), l’Estafette (1959), mais surtout la fameuse 4L ou encore la R5…puis la Safrane.

Quelque fois critiqué pour son manque de design et d’esthétisme, le modèle type de Renault est souvent davantage apprécié pour ses lignes contemporaines, son confort et son ergonomie améliorées à bord, ainsi que les prouesses techniques qui rendent le véhicule “sûr”.

Depuis le début du 3e millénaire, le groupe revoit sa structure depuis les années 1990 notamment au travers d’acquisition et le rapprochement avec Nissan, mais c’est dans les années 2000 qu’il met en service son concept de « qualité totale » afin de produire des véhicule techniquement irréprochables.

Toujours estampillé de son losange emblématique, le logo de voiture 3D prend forme en 2004.

L’arrivée du concept-car DeZir en 2010, des Talisman III en 2015, de Scenic IV en 2016, plongent l’industrie dans l’aventure de la voiture électrique intelligente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here