De vocation militaire à ses tout débuts, la Jeep s’est pourtant attribué une notoriété pérenne dans l’univers automobile en général et dans la conscience populaire. L’on peut modestement dire en effet que cette marque est la plus connue au monde, grâce à son nom, mais aussi à son attitude inexorablement tout-terrain et un design qui s’est adapté à tous les environnements routiers. Jeep est encore aujourd’hui le terme qui échappe le moins à toutes les langues. Rétrospective de l’histoire d’une marque de voiture devenue générique.

La marque de  l’US Army

L’initiative de la mise au monde de Jeep vient en effet de l’armée américaine d’avant la Seconde Guerre, à la recherche d’un véhicule léger, maniable, robuste et capable de gérer les sentiers de guerre à la manière des motocyclettes… conçu pour les missions de reconnaissance. Un appel d’offres a été lancé pour un véhicule d’un poids à vide de 590 kg maximum (980 kg par la suite), à charge maximale de 272 kg, une hauteur de 90 cm, pour 3 soldats et une mitrailleuse… un cahier des charges qui s’avérait lourd pour les constructeurs de l’époque. Pourtant, 135 compagnies ont répondu à la demande, et 3 constructeurs ont été choisis pour le banc d’essai à la conception du véhicule militaire. L’American Bantam Car Manufacturing Company produit son modèle 40-BRC, Ford conçoit sa GP, et la société Willys-Overland réalise un autre modèle : la MA.

L’armée américaine a finalement jeté son dévolu sur la Willys MA. La production en masse de celle-ci et de sa déclinaison MB commence à l’entrée des États-Unis en guerre, en 1941. D’emblée, le mot jeep est devenu le petit nom de ce véhicule hors norme dédié aux batailles. C’est non seulement une nouvelle ère pour l’armée américaine, mais également la naissance d’une marque de voiture icône. Au fur et à mesure, à son introduction dans le monde civil, elle endosse un caractère de confort en plus de sa fonction utilitaire. Les caractéristiques de ce « premier type » sont d’ailleurs à l’origine de la conception de ce qu’on appelle aujourd’hui SUV, tout en inspirant d’autres constructeurs comme Rover.  À noter que hormis la version de Willys, les Américains faisaient aussi construire des jumelles de Jeep, telle que la M151 de Ford. La France avait aussi son modèle jeep : la Dallas.

La Jeep devenue civile.

La fin de la guerre allait donner un autre tournant à l’histoire de la jeep. Dès 1945, le véhicule est intronisé parmi les véhicules les plus fonctionnels et tout-terrain du monde civil. Le premier modèle public est la CJ-2A (CJ pour Civilian jeep), dépouillée d’une grande partie de ce qui pouvait en faire le véhicule militaro-militaire. Après les États-Unis, l’une des premières destinations de la marque fut la France. Willys-Overland y a conclu une alliance avec un constructeur local du nom de Hotchkiss. Par ailleurs, même si le terme jeep est devenu une appellation commune à toutes les formes qu’ait prises ce modèle, Willys en fait sa marque de fabrique en 1950 puisqu’elle était la seule société à encore en fabriquer après la guerre. Dans cet élan de démilitarisation, Jeep prend de nombreuses allures pour répondre aux préférences d’un public pris d’un engouement pour un 4×4 d’un autre genre.

Jeep à travers les âges et les constructeurs.

Le logo de voiture Jeep a donc été apposé sur deux nombreux modèles dans l’univers même de Willys-Overland, les CJ devenaient une référence en voitures tout-terrain. Mais par la suite, un parterre de constructeurs devient tour à tour son propriétaire. En 1953, Kaiser Industries fait acquisition de Willys et se donne une division appelée Kaiser-Jeep. Un bon nombre de modèles sont issus de cette période à commencer par les CJ 3B, CJ-5, CJ-6… des variantes souvent dotés de caractéristiques plus utilitaires. Il existait même des versions camion de Jeep  à l’instar de FC 150…

Par la suite, en 1970, en pleins déboires financiers, Kaiser Industries quitte l’univers auto et passe Jeep aux mains d’American Motors Corporation ou AMC. Celle-ci améliore la motorisation, la carrosserie, tout en optimisant la production et les services (la Wrangler est d’ailleurs une conception d’AMC). Mais AMC devient elle-même victime d’un naufrage financier qui allait l’amener sous la coupe de Renault dans les années 1980. Mais encore, une importante transformation du marché auto a conduit la marque au losange à remettre AMC et sa division Jeep à l’américain Chrysler (lequel fusionne avec Daimler-Benz en 1998). Les nouvelles séries comme Wrangler, Patriot, Cherokee puis Renegade en 2015 marquent la suite de l’épopée pour Jeep.

Le logo de voiture Jeep.

Précurseur et toujours une référence des 4×4 et SUV, Jeep continue son bonhomme de chemin sur toutes les routes de tous les pays. Le seul mystère qui demeure concerne l’origine du nom de la marque. Pour autant, les constructeurs ont tellement tenu à cette âme « mystique », qu’ils n’ont pas voulu créer d’autre logo de voiture aux sens multiples. Le mot Jeep simple et emblématique semble toujours convenir pour la postérité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here