Jaguar est une marque britannique parmi les plus connues grâce à ses sportives et ses modèles de luxe. Outre l’aspect toujours exclusif de ses modèles, la marque se distingue aussi par un logo de voiture plutôt accrocheur : le fauve bondissant qui dénote l’agilité, la performance, l’élégance, la fierté et surtout la volonté de toujours aller de l’avant. C’est d’ailleurs ce qui ressort du long parcours d’un constructeur auto tenace depuis ses tout débuts.

Les prémices de Jaguar

L’histoire de cette marque de voiture prend source par la fougue d’un jeune entrepreneur du nom évocateur de William Lyons (entendez le nom d’un autre fauve). En collaboration avec un autre William, Walmsley, il fonde en 1922 une société spécialisée dans la fabrication de side-car « Swallow Side-car Company ». Après quelques années à construire cet habitacle pour motocyclette, les William usent de leur créativité pour entamer une nouvelle carrière dans la construction automobile en commençant en 1927 par la conception d’une carrosserie spéciale pour une automobile dénommée Austin 7. Ce n’est qu’au début des années 1930 que les voitures du nouveau constructeur auto sortent sous le nom de SS1 puis SS2.

À une ère où les SS d’Hitler faisaient rage dans l’Allemagne nazie, Lyons devait et tenait à trouver une autre dénomination pour éviter toute confusion avec l’appellation de la milice hitlérienne. C’est en 1935 qu’il trouva donc le nom « Jaguar » pour remplacer progressivement les « SS » dans l’esprit du public. C’est en 1945 que la société prit définitivement le nom de Jaguar Cars. Durant cette même période, les inventions de la marque commencent à gagner une belle notoriété dans tout l’univers automobile.

Les bonds du jaguar.

Les années 1930 et 1940 marquent le début de l’ascension de Jaguar parmi les bolides sportifs phares dans le monde automobile. La sortie de XK120 en 1948 (la première voiture de série la plus rapide au monde en dépassant le seuil des 200km/h) est parmi les événements déclencheurs de  l’expansion mondiale de la marque de voiture. Le Jaguar bondissant fait d’ailleurs une entrée fulgurante aux États-Unis au début des années 1950 avec quelques modèles toujours aussi esthétiques et marqués par une allure robuste et puissante : les berlines compactes de la série Mark (dont la MK VII et la MKII).

Lyons impose encore son inventivité au monde avec un parterre d’autres chefs-d’œuvre. Les années 1960 voient la mise au monde d’un nouveau bijou qu’est la Type E ou XKE pour certains, suivi d’une version plus imposante en volume des berlines Mark, la MKX. La refonte de ces modèles dans les années 1970 a encore rehaussé leur puissance tout en préservant leur attrait élégant et haut de gamme. Par exemple, quand la Type E avait reçu un moteur V12 en 1972, elle devient la plus rapide de sa catégorie de voitures de série quatre places. À son départ de la société en 1972 et à même après son décès en 1986, William Lyons a laissé cette âme de fauve et son empreinte de génie au constructeur. Les passages de  mains en mains qu’allait aussi vivre la société Jaguar Cars n’allaient pas changer grand-chose.

Les moments Ford.

Quand bien même la société devenait sous la coupe du Royaume lors d’une nationalisation entreprise par le Gouvernement Thatcher en 1966, la marque de voiture Jaguar conservait son indépendance en termes de conception. La firme anglaise, qui a alors changé sa dénomination en British Motor Corporation, connait toujours le même succès avec lequel elle s’est habituée depuis ses commencements. Son passage dans le giron du géant américain Ford allait même donner un coup de pouce à sa notoriété en tant que marque de voitures de luxe et sportives.

Avec la multinationale étasunienne, le logo de voiture Jaguar engrange encore plus de mérites au sein d’un véritable consortium d’emblèmes : Aston Martin, Lincoln, Mercury, Volvo ou encore Land Rover. La marque british est devenue l’un des fleurons du Premier Automotive Group, fer de lance de Ford. Notamment, pour susciter l’engouement de la jeunesse de l’époque, les voitures Jaguar s’offraient de nouveaux attraits plus jeunes et encore plus dynamiques : les nouvelles versions des XJ, ou encore le coupé 4 places haut de gamme XK8… Mais se voulant du monde, le constructeur propose aussi des modèles abordables pour le plus grand nombre, à l’instar des S-Type.

Le groupe Jaguar-Land Rover de Tata Motors.

À la suite de la décomposition de la plateforme Premier Automotive Group de Ford, Jaguar et Land Rover sont cédées à l’indien Tata Motors en 2008. Et encore, l’identité de la marque au fauve est conservée, sans empêcher les renouveaux issus des départements R&D et conception.  Le logo de voiture Jaguar devient même l’un des produits phares de la firme indienne aux prises avec un manque de notoriété. La sortie des F-Type et d’une trainée d’autres superbes bolides annonce une carrière qui va encore perdurer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here