Le plus grand constructeur américain, GM reste aujourd’hui un pivot de l’industrie automobile en écoulant plusieurs millions de véhicules par an à travers le monde. Dépositaire de pas moins de 9 marques de voiture mondiales, cette multinationale rafle avec Toyota la plus grande part du marché. Malgré des problématiques répétées depuis sa création, elle continue d’impressionner avec son dynamisme commercial et son élan de productivité. Zoom sur un symbole de l’hégémonie américaine.

Le réveil d’un géant

L’odyssée de General Motors prend source à la rencontre de deux hommes : David Buick à la direction de sa Buick Motor Company déjà spécialiste en construction auto, et William alias Bill Durant, homme d’affaires visionnaire et prévoyant. Les difficultés financières de cette première entreprise a fait qu’elle passe sous la coupe de Durant en 1904. Le génie industriel et commercial de ce dernier a permis de centupler la production annuelle de la marque Buick. Puis en 1908, celle-ci fusionne complètement avec une nouvelle maison mère : General Motors avec toujours Bill Durant à la commande. C’est le début d’une autre ère pour toute l’industrie auto américaine, alors partiellement dominée par Ford. La nouvelle corporation est même cotée en bourse dès sa fondation.

Les évolutions de General Motors

Dès ses tout débuts, General Motors adopte une allure d‘expansion par l’incorporation de nombreuses sociétés stratégiques. Cela a commencé par la reprise de la société McLaughlin Motor Car Company dont l’usine avait la capacité de produire le nombre de voitures nécessaire pour fournir une bonne partie des États-Unis et faciliter l’élargissement rapide de GM. En même temps, le 1er constructeur américain courtise d’autres géants en difficulté de l’époque comme Ford (sans succès pour autant). Il a pu aussi mettre dans son giron le premier constructeur de voitures en série : Oldsmobile. Au fil des ans, la multinationale a réussi à former un consortium dont l’influence a dépassé le cadre atlantique et pacifique. Elle a réussi à s’entourer de marques de voiture célèbres (Chevrolet, Cadillac, GMC), mais ayant surtout un positionnement géographique stratégique comme Opel vers la fin des années 1920, Holden en 1930. Plus tard dans les années 1980 et 1990, elle s’unit avec des marques chinoises via un joint-venture (Baojun, Faw Jiefang, etc), des alliances avec Fiat et PSA…

La possession de nombreuses marques et l’acquisition de nombreux équipementiers lui ont permis de répondre aux demandes américaines et mondiales. A noter que vers la fin de la Première Guerre mondiale, GM met en place un système de financement permettant à des millions de  ménages américains de posséder une voiture, une première dans l’histoire du commerce automobile américain. De bout en bout, GM domine le marché. Même la Grande Dépression de 1929 ne l’a pas chamboulé. Au contraire cela l’a conforté. Ce n’est que dans les années 2000 que GM a failli disparaitre, à cause d’un surendettement, mais aussi lorsque les crises boursières ont fait rage comme en 2008 par exemple. Les ventes d’effondraient ainsi en même temps… Sans le Gouvernement américain à la rescousse (le fameux prêt d’urgence), c’était la débâcle. Mais dès 2010, les affaires reprennent avec une majestueuse rentrée en bourse.

General Motors et ses progrès.

Les aventures « Parade of Progress » des années 1930 a donné plus d’ampleur à la notoriété de la firme, laquelle n’a rien à envier aux autres constructeurs de l’époque en termes d’inventivité. Cette même période et celles d’après verront en effet la sortie de nombreuses inventions techniques au niveau des carrosseries, des châssis, du mécanisme ou encore des équipements intérieurs : la suspension articulée des Chevrolet, la direction assistée, les dégivreurs de pare-brise, les clignotants, la radio, la première boîte de vitesse automatique avec les Oldsmobile, les premiers systèmes de chauffage électrique… Les progrès se poursuivent dans les années 1950 avec un peu plus de considérations sur le plan esthétique et confort.

GM répond facilement aux demandes de plus en plus évolutives que ce soit en ce qui concerne l’esthétique ou la praticité des modèles, même au milieu des différentes crises durant les années 1960 et 1970. La crise pétrolière a par exemple suscité la mise en place d’une ligne de véhicules tout terrain, mais surtout dotés d’une excellente efficacité énergétique (Chevelle de Chevrolet, Seville de Cadillac…). Les premiers airbags et d’autres astuces ont également répondu aux soucis en matière sécurité très pesants dans les années 1970.

General Motors aujourd’hui et demain.

Pionnier des progrès techniques, GM introduit toujours de nouveaux concepts, ou assimile et implémente au mieux les idéaux actuels en matière automobile. Pendant son siècle et une dizaine d’années d’existence, les logos de voiture de GM sont apposés sur des centaines de concept-cars. Si la marque de voiture Buick a été la première à avoir fait l’histoire du géant, elle continue aujourd’hui d’embellir les rues des États-Unis avec ses superbes SUV, comme dernièrement la nouvelle Envision. Les impassibles tout-terrain GMC ou encore les modèles tout électriques comme Bolt EV confirment une visée d’avenir, mais très terre-à-terre, conformément à l’attente d’un large panel d’utilisateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here