Toyota: l’expert des véhicules hybrides essence

C’était déjà en 2012 et Toyota récidivait avec un tout nouveau monospace 7 places, dans la lignée des voitures hybrides qui ont fait son succès dans les années 2000 et qui l’on propulsé à l’avant-garde des véhicules propres.

C’était il a 3 générations de Prius, bien avant les Renault Zoe et les Tesla qui façonneront le monde des véhicules 100% propres. Au début des années 2010 Toyota lance une seconde salve de véhicules hybrides à succès telle que la Yaris hybride mais également les modèles de luxe de la marque comme la Lexus GS450h qui étonnent de par leur équilibre entre consommation et performances.

Si l’on effectue un peu de recherche sur le modèle 7 places hybride de Toyota on réalise que depuis 5 ans, les avis d’utilisateurs sont sinon dithyrambiques, souvent même bien plus élogieux que les avis des testeurs.

En 2012, Toyota sort donc le seul véhicule 7 places hybride homologué disponible sur le marché français alors et qui complète donc sa gamme de véhicules hybrides de marque avec la routière, la citadine (Yaris), les compacts, le SUV et désormais donc la grande familiale avec 7 places assises.

Un véritable monospace 7 places ?

Avec ses 4,62 mètres de longueur et plus de 1700 litres de coffre au (grand) total on peut anticiper le fait qu’elle ne va pas trahir son rang de véritable monospace 7 places même si son look ramassé semblable à la Prius classique  (plus petite de 13cm seulement) laisse présager un intérieur du même acabit. On fera d’ailleurs le rapprochement entre la Prius 3 et la Toyota Verso dont la Prius + est le pur produit hybride !

Tout a été fait pour épater les papas ! On reste dans un style de berline pour faire oublier qu’il s’agit d’une voiture pour la famille et non seulement pour papa ! Ainsi la hauteur est seulement de 8cm par rapport à une Prius classique (routière) ce qui est assez peu pour une voiture supposée rajouter 2 places supplémentaires à l’arrière. L’aérodynamique a donc été retravaillée pour fondre ce modèle dans une sous-catégorie que l’on pourrait imaginer sous la dénomination suivante: “berline-monospace”.

A l’intérieur: une habitabilité honorable

Niveau habitabilité, la Prius + 7 places ne déçoit pas. Le confort est de mise avec un espace appréciable au niveau des genoux au second rang qui permet à trois adultes d’être confortablement assis (+ 2,5 cm par rapport à la Prius).

Les près de 8cm de plus que la Prius pour la garde de toit permettent de gagner en confort et ne pas se sentir trop à l’étroit. On appréciera également les sièges arrière qui coulissent de quelques centimètres et sont partiellement rabattables. On regrettera toutefois l’absence d’accoudoirs qui auraient été bienvenus d’autant qu’il y avait l’espace pour le faire a priori !

Vu ur http://mumsauto.com/
Vu sur http://mumsauto.com/

Une nouveauté: la batterie Lithium Ion

Pour économiser un maximum de place à l’arrière du véhicule, la batterie est désormais placée entre les sièges conducteurs et passagers. Cet aménagement permet de bénéficier de sièges escamotables à l’arrière ce qui autorise un volume de coffre énorme pouvant proposer jusqu’à 1700 litres si l’on arrive à exploiter tout l’espace sous toit ! (Coffre seul 172 L, 724 L / 5 places).

A noter que cette batterie est également assez légère avec seulement 125 kgs, ce qui représente une prouesse à l’époque et limite d’autant la prise de poids d’un véhicule déjà allongé (et donc sa consommation).

Un bémol toutefois ces deux sièges supplémentaires conviendront davantage à des enfants, ados, qu’à des adultes. Un adulte pourra supporter un petit trajet mais n’espérez pas faire Lille – Menton car pour dans des bien des cas les genoux touchent le siège avant sauf si les passagers devant vous acceptent de faire coulisser leur siège de quelques centimètres. Question de modularité dirons-nous !

Pour le reste on reste dans le plus pur style Prius avec un tableau de bord similaire et simplement quelques modifications d’ordre ergonomique avec par exemple le déplacement du lever de vitesse près du volant ce qui est toujours pratique sur un véhicule qui gagne en hauteur. L’instrumentation comme sur bon nombre de monospace a été recentrée pour un confort de conduite accru.

On parlera également des nombreux rangements à bord très astucieux qui permettent de garder une voiture propre et mieux rangée.

Et la consommation dans tout ça ?

La couplage du moteur hybride thermique et électrique de 136 ch ne diffère en rien d’un Turbo Diesel classique (de monospace) en matière de performances, les nuisances sonores en moins ! On appréciera également le fait que la Prius + est un véhicule propre, ne rejetant rien de nocif dans l’atmosphère tant que la batterie fonctionne et est chargée! On pourra d’ailleurs rouler quelques kilomètres uniquement sur batterie avant que la partie thermique s’en même. Sympa non ?

D’après les retours d’utilisateurs, La Prius + consommerait en moyenne entre 4 et 5L aux 100kms, grâce notamment à une cylindrée modeste de 1,8L, ce qui est excellent pour un véhicule relativement lourd capable d’accueillir 7 passagers.

2015/16: une 4e génération d’hybride

Pour fêter ses 4 ans, Toyota a remis le couvert avec ce modèle en lui faisant subir un relooking sympa en 2015 puis légèrement également 2016. Un look plus racé, proche même de la Yaris, et des équipements de série en plus comme la caméra de recul, des écrans couleur 4,2 pouces, et un tableau de bord ultra futuriste complètent le profil déjà bien élogieux de ce monospace peu énergivore.. 7 places !

Vu sur http://www.themotorreport.com.au/. Modèle Prius + 2016

Avec le bonus écologique jusqu’à 3300 euros, et si le budget (dans les 30K euros) le permet, on trouvera difficilement mieux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here