Monospaces 7 places : le format – très – grande classe

Popularisé dans la première moitié des années 80 par Chrysler, avec le Voyager, et Renault, qui sortit quelques mois plus tard le premier Espace, le monospace offre 7 places confortables en plus d’une grande capacité de chargement. C’est LA voiture familiale. Son nom vient simplement du fait que la voiture est conçue en un seul volume, du coffre au sièges avant, à l’image de son ancêtre : l’amusante Fiat 600 Multipla des années 50. Long, large et haut, le format monospace inspirera tous les constructeurs, dont certains s’allieront pour proposer à plusieurs leur version du véhicule 7 places familial, qui sera plus tard décliné en véhicules compacts, plus petits, moins chers, plus légers, et surtout plus adaptés aux conditions urbaines.

Tout est à l’intérieur

On aime ou pas son côté fourgonnette, il n’empêche : le monospace l’assume bien, son gabarit imposant, dans lequel tous les passagers circulent aisément, trouvent place dans des sièges parfois individuels, toujours spacieux, aussi bien sur l’assise qu’aux jambes et à la tête. C’est le must des familles nombreuses et des adeptes du covoiturage.

L’habitacle est lumineux, et sensiblement plus élevé que celui d’un break, offrant une vue dégagée à travers de grandes fenêtres.

On se rappelle avec un sourire des premiers modèles, avec leurs sièges pivotants, tablettes aviation, et leurs allures de petites caravanes pour un jeu de société dans la campagne… L’idée n’a pas pris, mais elle montre bien que pour les constructeurs, tout se passe au-dedans.

Sur la route

Plutôt lourds que les véhicules standards, les monospaces imposent une conduite familiale, Déjà qu’ils ne sont pas très rapides à la base, (« les enfants, réveillez-vous : papa double ! »), et en plus, leur hauteur peut entrainer d’importants mouvements de caisse dans les virages. Disons-le : la tenue de route laisse souvent à désirer (même si aucune pub n’a osé le : « Accrochez-vous, on tourne ! »)…

En revanche, le monospace amène aussi d’agréables nouveautés : la situation surélevée du conducteur et les pare-brises immenses apportent une hauteur très agréable, et donnent la possibilité d’anticiper la situation routière.

Des motorisations essence et diesel sont disponibles, ainsi que d’immenses réservoirs, souvent vite vidés, malheureusement.

Monospace : 7 places, et plus…

Last but not least, la tenue tout d’une pièce du monospace emmène avec elle des coffres surdimensionnés, dans lesquels on peut – presque – tout faire entrer : valises pour les vacances, commissions pour le mois, skis ou vélos, le chien, la nouvelle armoire (eh oui, car les sièges sont rabattables) ou la poussette du dernier sans la plier, etc.

Certains modèles, soucieux de proposer une accessibilité optimale, verront leurs portes latérales devenir coulissantes ; c’est le cas du Chrysler Voyager ou de la Toyota Previa, par exemple.

Une génération de monospace

Entre 1984, année de sortie du premier Renault Espace, et 1994, les monospaces, d’abord regardés bizarrement, se vendent bien, changent un peu les idées qu’on se fait de la voiture, des trajets autoroutiers et des départs en vacances.

Ils convainquent les familles et quelques taxis, et emportent le marché des voitures familiales : le Renault Espace, vendu dès 1984, ouvre la voie, suivi du Chrysler Voyager, qui l’avait précédé, mais aux USA, et est importé en Europe en 1989. 1994 voit l’arrivée des Citroën Evasion, Peugeot 806, Fiat Ulysse et Lancia Zeta, fruits de la collaboration entre deux grandes firmes. En 1995, Ford et VW leur emboite le pas et commercialisent à leur tour une triade : Galaxy, Sharan et Alhambra.

Cette belle histoire durera jusqu’à l’arrivée des monospaces compacts, puis des SUV et de leurs petits frères crossovers. Mais ça, c’est une autre génération…

Et aujourd’hui ?

Les premiers monospaces ont quasiment disparu du bitume : vieux, pas forcément fiables, ou usés jusqu’à la corde, on n’en trouve plus guère, même d’occasion. Par contre, les modèles commercialisés à partir des années 2000 tiennent encore le coup, et on en trouve sur le marché de seconde (ou troisième) main. Progrès techniques, crises pétrolières et souci écologique obligent, ils s’avèrent nettement moins gourmands que leurs prédécesseurs, pour le plus grand bonheur des conducteurs.

Voir tous les modèles de monospaces 7 places.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here