Kia Carens 3: pour la ville avant tout

Dans les langues latines, le nom de Carens évoque mal à propos un monospace 7 places déficient. Confronté à un malentendu similaire, Mitsubishi avait choisi de changer en Montero le Pajero (« branleur », en espagnol) pour les pays hispanophones.

Kia assume l’appellation de son monospace 7 places, alors nous avons été voir dans la troisième génération s’il lui manque vraiment quelque chose. Et le constat, c’est que c’est une voiture familiale destinée à la circulation urbaine.

Vu sur http://www.best7seatercars.co.uk
Vu sur http://www.best7seatercars.co.uk

Dessin : quelle allure !

Chapeau bas aux concepteurs : sur le plan esthétique, le Carens génération 3, sorti en 2012, nous plait par ses lignes énergiques et élégantes.

Nous verrons que le monospace 7 places de Kia a bien besoin d’un bon dessin pour compenser un peu son flegme routier, mais avec un tel niveau de finition, nous tenons à relever la réussite esthétique d’un véhicule familial qui a évité la platitude que ses prix d’entrée de gamme auraient pu annoncer.

Franchement, pour les yeux, c’est un plaisir !

Vu sur http://www.best7seatercars.co.uk

Dimensions : compactes et citadines

Nous le disions : on n’est pas dans le segment des grands monospaces, et pas non plus dans l’horizon des vastes plaines.

Au contraire, le Kia vise plutôt les familles installées en centre-ville : 4.53 de long, c’est tout juste la taille d’un break, en un peu plus large (1.80 mètres) et légèrement rehaussé (1.60 mètres de haut).

Compact, stylée, racée même, et économe, avec 1.27 g/km d’émission de CO2 pour le modèle le moins soiffard, c’est un rat des villes qui a de nombreux atouts de qualité à faire valoir dans les rues et les ruelles, clairement signé pour les trajets urbains dans lesquels il se fond complètement, avec en contrepartie un mauvais point pour les départementales et l’autoroute.

Un habitacle bien sous tous rapports

Portes ouvertes, c’est un monospace compact bien fignolé : beaux matériaux, planche de bord hi-tech, 5 sièges indépendants, modulables, inclinables, que l’on peut avancer ou reculer indépendamment, et strapontins dans le coffre pour des 6ème et 7ème places d’appoint, elles aussi bon marché (500 euros). Le décor est beau, et le volume de chargement, ridicule à 3 rangs, dégage entre 490 et 1670 litres selon qu’on maintient ou non le rang 2.

Vu sur https://waynesworldauto.co.uk
Vu sur https://waynesworldauto.co.uk

A noter également la pléthore de petits rangements judicieusement installés tout autour de tous les passagers. Bref, ce n’est pas d’espace qu’il manque, si on considère comme nous le faisons que c’est avant tout un véhicule pour les trajets intra-urbains, même si d’autres firmes arrivent à des volumes nettement plus vastes.

Vu sur https://waynesworldauto.co.uk
Vu sur https://waynesworldauto.co.uk
Vu sur http://www.best7seatercars.co.uk
Vu sur http://www.best7seatercars.co.uk

De plus, insonorisation et amortisseurs confèrent aux passagers un excellent confort routier, tandis que le conducteur est maitre du véhicule, qui bénéficie d’une bonne direction assistée, précise et fluide.

Un monospace 7 places très bien équipé

Les constructeurs coréens Hyundai et Kia se font forts de proposer des équipements complets et assez bon marché.

Pour le Kia Carens, ce n’est certes pas là non plus qu’il pêche, puisqu’il est doté pêle-mêle de stabilisateur électronique de trajectoire, alerte de franchissement de ligne, aide au parcage, assistance au démarrage en pente, nombreux airbags, selleries cuirs, vitres électriques, etc.

Bref, au volant, tout y est, et très bien avec ça. Les commandes sont ergonomiques et intuitives, le levier de vitesse réagit bien, coulant aisément d’un rapport à l’autre. Enfin, gage de qualité, le tout est couvert par une garantie de 7 ans !

Moteurs poussifs

C’est sous le capot que ça se complique : à vouloir rester dans des prix concurrentiels, lesquels commencent à 22’000 euros et montent jusqu’à 30’000 euros, et à favoriser les matériaux et les équipements, Kia n’avait plus beaucoup à investir dans son monospace 7 places, que de quoi le tracter en mode : « tranquille ! A la fin, on arrivera tous au même endroit ».

Il y a du bon et du mauvais, remarquez : sur le plan écologique, il reste en dessous des 6 litres au cent à vide pour une circulation mixte, ce qui est un très bon résultat.

Mais il faudra s’armer de patience sur les longs trajets, et bien anticiper les mouvements du trafic. Ou alors éviter absolument de s’aventurer au-delà du périphérique…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here