C Crosser 7 places: le mal aimé?

Ce n’est qu’en 2007 que Citroën s’est lancé dans la production de véhicules 4×4, avec le C-Crosser, modèle fabriqué jusqu’en 2013, et remplacé dès 2012 par le C4 Aircross. Pour ce faire, le constructeur a eu la bonne idée de s’associer avec Mitsubishi pour créer un modèle sur la base de l’Outlander, qui avait fait ses preuves dans la fonctionnalité, mais dont l’esthétique laissait à désirer.

Une bonne raison d’attendre une version Citroën, dont les véhicules récents sont de franches réussites sur le plan du design. L’idée était bonne, mais le résultat de ce côté n’est pas à la hauteur de ce qu’on pourrait attendre de la marque française.

Citroen-C-Crosser. 4x4 occasion jpg

Des fonctionnalités très efficaces pour un 4×4 familial

Citroën mise sur le confort et ses véhicules 7 places ne dérogent pas à cette règle, même si nous sommes perplexes quant à la réussite de ce modèle.

Mais commençons par les bons côtés. L’entrée de gamme présente déjà de confortables prestations, tandis que la gamme supérieure est fournie, par exemple, de sièges de deuxième rangée rabattables par commande électrique, ce qui est très apprécié, et relève d’une maîtrise technologique épatante!

En outre, la partie inférieure rabattable du hayon est vraiment très pratique pour charger des paquets lourds sans s’éreinter.

partie rabattable c crosser

Enfin, la commande sur le tableau de bord permettant d’activer la fonction 4×4 est simple et efficace, mais ceci ne démarque pas le C-Crosser de tous les autres véhicules autonomes de type SUV familial.

C  Crosser: un SUV axé confort

Visiblement, se dit l’amateur de la marque Citroën, le design rudimentaire doit cacher quelque chose, quelque chose d’exceptionnel pour un si grand 4×4 7 places.

Le confort ? Oui ! En tout cas pour les 5 premiers passagers. Les deux derniers, relégués sur les strapontins de la troisième rangée devront rentrer leurs jambes s’ils ne veulent pas se sentir à l’étroit. Mais les rangs 1 et 2 sont très confortables : les sièges ergonomiques sont larges et on a rarement vu un espace pour les jambes aussi bien dégagé, et la hauteur du plafond est tout à fait convaincante.

On en vient à se dire que la seule vraie niche que la marque visait, c’est celle du confort à l’intérieur du véhicule, et franchement, c’est plutôt réussi de ce côté-là.

habitacle Citroen C-Crosser

Un 4×4 7 places d’occasion ?

Par contre, les deux places en troisième rangée sont très compliquées à sortir, et minuscules, ce qui est dommage. Oubliez le transport de 5 collègues de travail, mais si vous avez des petits enfants à conduire au sport, ils y trouveront sans doute leur place.

De plus, dans la série des défauts, l’intérieur du C-Crosser est entièrement en plastique, tandis que ses cousines les monospaces avaient opté avec talent pour des revêtements innovants et très classe, légèrement tendres, ce qui diffusait une très subtile impression de confort ouaté.

Et puis, je rêve, ou il a abandonné l’originalité des intérieurs Citroën ? Dommage d’avoir renoncé, ça lui donne des allures de véhicule d’occasion, même quand il était neuf ! On est un peu déçu par la présentation générale du tableau de bord et des commandes, et du côté de la conduite, on regrette la relative mollesse de la reprise. On voulait un SUV, on a eu un veau ! Le 4×4 familial consomme beaucoup et son coût à l’achat est élevé, mais si vous cherchez un 4×4 7 places d’occasion et que ses inconvénients ne vous dérangent pas, il pourra vous satisfaire.

L’esthétique sacrifiée

Quant à l’esthétique, il faut croire que la base de l’Outlander ne permettait pas de faire des folies… Pourtant, avec la gamme des Picasso  (C3, Xsara, C4 et C4 Grand Picasso) Citroën a démontré sa capacité à composer un design à la fois racé, élégant et moderne.

citroen-c-crosser-

A contrario, le C-Crosser peine à se différencier des autres 4×4 7 places et même fait figure de parent pauvre au milieu de si belles voitures, et c’est vraiment dommage pour un SUV familial, c’est-à-dire un produit catégorisé haut de gamme.

Notez qu’à quelque chose malheur est bon, car si son descendant, le C4 Aircross n’est plus un 4×4 7 places, il a bien tiré les leçons des ratages du C-Crosser.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.