Audi Q7 : 5 mètres de confort

En 2005, Audi présentait son premier SUV 7 places, le Q7, un bolide aux allures de puissant mastodonte.

C’est peu dire que ces 30 dernières années, Audi s’est taillé la part du lion dans le secteur des véhicules haut de gamme, aux intérieurs très chics, renouant ainsi avec une histoire déjà centenaire.

Fondée en Bavière en 1909, la firme aux 4 anneaux traversera de sérieuses difficultés dans les années 1930 avant d’être rachetée et remise sur ses roues par Volkswagen, qui, en soignant la mécanique (on pense à l’inimitable transmission intégrale des Audi Quattro dès 1980) et les finitions (définitivement parmi les plus belles planches de bord), en fera progressivement une luxueuse figure de proue, jusqu’à devenir un incontournable très « hype » ces 15 dernières années.

face avant audi q7

SUV 7 places Audi Q7: un monstre du bitume

Les dimensions du Q7, fabriqué sur la plateforme du VW Touareg et de la Porsche Cayenne, mais retouchée, ont de quoi faire rêver les camionneurs : avec sa longueur de 5.10 mètres pour 2 mètres de large et 1.74 de haut, on se rapproche de la fourgonnette d’antan et on envisagerait presque raisonnablement d’y carrer une Smart pour les déplacements en ville.

Et en effet, sa capacité de chargement allant de 330 litres pour 7 passager à 2040 litres sans les sièges, en passant par un très beau 775 litres avec 5 sièges en font l’un des SUV 7 places les plus spacieux.

Ajoutez à ces mesures impressionnantes un poids de plus de 2 tonnes, et vous comprendrez qu’il faudra un moteur glouton pour faire rouler ce SUV 7 places : pour l’essence, la consommation est annoncée à 14 litres au cent, mais il vaut mieux compter aussi large que le véhicule et prévoir plutôt entre 16 et 18 litres en circulation mixte. Quant au diesel, c’est à peine un peu moins…

coffre audi q7

volume coffre audi q7 occasion

Un SUV 7 places, au confort de conduite d’un break

Les multiples systèmes d’assistance électronique rendent le Q7 agréable à conduire, vif, souple, et aussi facile à manier qu’une simple voiture, aussi étonnant que cela paraisse.

On a plus l’impression d’être au volant d’un break, costaud, certes, mais sans aucune rugosité. La direction assistée est fignolée aux petits oignons, et la tenue de route excellente malgré la hauteur du véhicule. En plus de cela, la suspension très performante lui confère la douceur d’un nuage sans faire tanguer l’habitacle. En revanche, n’espérez pas que de tels moteurs restent silencieux !

Enfin, malgré tous ses avantages au niveau du conducteur, il convient de ne pas oublier le poids de la bête quand il s’agira de freiner : à charge pleine, c’est quand-même près de trois tonnes qu’il faudra arrêter, alors prenez le temps d’apprivoiser la pédale de frein !

audi q7 7 places

audi q7 intérieur

Equipements bien adaptés

Tout le monde ne sera pas prêt à sortir son gigantesque Q7 en ville, alors les concepteurs ont pris en compte le désagrément que peut occasionner une telle longueur et, technologie aidant, ils l’ont savamment compensé par quelques options, assez chères, mais très fonctionnelles et que nous ne saurions trop recommander de choisir.

Elles comportent notamment une alerte lumineuse sur les rétroviseurs pour signaler la présence d’un objet dans l’angle mort, ce qui est très pratique sur autoroute, particulièrement quand les conditions météorologiques vous rendent la vie dure. Enfin, pour garer sans trop suer ce SUV 7 places, on appréciera l’assistance au parcage dotée d’une caméra de recul et de lignes colorées intuitives apparaissant sur l’écran pour mieux calculer les marges de manœuvre à disposition.

Enfin, pour plus de confort, le hayon du coffre est commandé électriquement. C’est vrai qu’à ce prix, on ne va pas lésiner sur l’électronique : disponible à partir de 52’000 euros, le modèle le plus cher peut coûter jusqu’à 80’000 !

SUV audi Q7

Un SUV 7 places, oui, mais…

Si pareille taille fait rêver, nous devons tout de même souligner que le Q7 ne permet pas de transporter 7 adultes. Sans doute pour optimiser le volume de chargement du coffre, l’accès à la dernière rangée nécessite l’agilité et la souplesse des enfants : il faut d’abord grimper, puis improviser une espèce de déhanché façon « limbo » vertical avant de trouver place à l’arrière.

Remarquez que c’est tant mieux, car cette dernière ne permet pas d’accueillir des passagers de plus d’1.60 mètre… Côté modularité, en revanche, l’exercice est réussi : les sièges se rabattent avec aisance en fonction de l’espace dont vous avez besoin dans le coffre, et dégagent un sol parfaitement plat.

2 Commentaires

Comments are closed.