On en entend parler un peu partout et elle a le vent en poupe: l’assurance au kilomètre. Bonne affaire, ou fausse bonne affaire ? Quel est le tarif pour quel kilométrage ? Qui contrôle ? Que se passe t-il si l’on dépasse le kilométrage défini ?  C’est ce que nous allons voir dans les lignes suivantes.

En bref, l’assurance auto au kilomètre est une est une assurance auto qui assure l’automobiliste en fonction de la distance parcourue. L’avantage pour ce dernier est évident, il paye moins chère son assurance car il roule peu par rapport à un automobiliste classique. Puisque le kilométrage est limité il court donc moins le risque de d’avoir un accident qu’une personne dont le kilométrage est illimité. Puisque le risque est moindre pour l’assureur, la prime d’assurance est automatiquement moins élevée.

L’assurance au kilomètre peut prendre différentes formes. Les deux plus courantes sont:

1) L’assurance forfaitaire, c’est à dire sur la base d’une tranche au forfait kilométrique annuel décidé entre l’assureur et l’assuré.

2) L’assurance au kilomètre, c’est à dire facturé précisément par kilomètre avec un montant de la prime par “kilomètre roulé”.

Que vaut l’assurance au kilomètre ?

Fonctionnement d’une assurance au kilomètre

Seule obligation pour l’assuré lors de la souscription d’une assurance au kilomètre,: préciser le nombre de kilomètres que l’on compte effectuer en une année complète. Si vous dépassez le kilométrage défini vous devrez régler un supplément. Dans la plupart des cas cependant c’est l’assureur qui propose des tranches prédéfinies de kilométrage et qui vont en général de 8000 à 15000 kms / an.

Pour qui ?

On s’en doute, les assurances au kilomètre sont surtout avantageuses pour les conducteurs qui ont l’habitude de rouler peu et savent parfaitement qu’ils ne dépasseront pas un certain volume kilométrique par an. C’est le cas par exemple des jeunes conducteurs, des retraités qui roulent peu, ou des mères au foyer qui n’utilisent leur véhicule que de manière occasionnelle (uniquement pour faire des courses par exemple). C’est donc une assurance qui s’adresse principalement aux petits rouleurs, c’est à dire parcourent moins de 10000 kilomètres par an. D’autres assurances comme l’assurance au kilomètre d’AXA proposent des tarifs très avantageux si vous roulez moins de 8000 kms /an.

Et si je dépasse le nombre de kilomètres autorisés ?

Il convient tout d’abord de s’enquérir auprès de l’assureur du coût à payer par kilomètre effectué au-delà de la limite autorisée. Certains assureurs rendent le contrat au kilomètre très dissuasif si l’on excède le nom de kilomètres alloués.

Les précautions à prendre avant de souscrire une assurance au kilomètre

Anticipez un éventuel déménagement ou changement de travail qui pourrait, durant l’année à venir vous faire faire davantage de kilomètres que prévu et donc mettre à mal le contrat entre vous et l’assureur. Les conséquences sur le coût de l’assurance dans son ensemble pourrait être important.

Que se passe t-il si j’ai parcouru moins de kilomètres que prévu ?

C’est un cas plus rare mais qui peut effectivement exister. Il peut arriver que l’on atteigne pas les kilomètres prévus et certaines assurances sont enclines à rembourser ou appliquer un bonus lors du renouvellement de l’assurance. Au demeurant, pour les assureurs qui ne proposent que le système par tranches, aucune remise n’est en générale accordée quel que soit le nombre de kilomètres réalisé en deçà du seuil prévu. Il arrive toutefois que certaines assurances appliquent un report des kilomètres non utilisés pour l’année suivante.

Une assurance moins chère au kilomètre  ? Oui, si toutes les conditions sont réunies !

Qui contrôle le kilométrage ?

Lors de la souscription de l’assurance il est nécessaire de reporter le nombre de kilomètres sur le compteur du véhicule (une photo sera souvent exigée) sur le contrat d’assurance. A la fin de l’année de souscription vous devrez à nouveau reporter le kilométrage final. N’oubliez pas de le faire car vous pourriez voir votre prime assurance à la hausse l’année suivante. Sauf en cas d’accident, votre compteur kilométrique n’est pas contrôlé par un expert de manière systématique, mais votre véhicule peut faire l’objet de contrôle inopinées durant l’année.

Autre possibilité, certaines assurances – dans le but de s’assurer du kilométrage effectif réalisé – installent un boîtier compteur dans votre véhicule. Dans ce cas il s’agit souvent d’assurances qui facturent au kilomètre parcouru et non des tranches.

Et les coûts ?

Dans la plupart des cas, une assurance au kilomètre peut ainsi faire économiser jusqu’à 40% sur la prime d’assurance. C’est donc un gain non négligeable et qui peut s’avérer très intéressant pour un automobiliste qui roule très peu. Mais attention, en cas de dépassements de forfait, l’assuré doit payer des frais supplémentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here