Les assurances se basent sur plusieurs critères pour accepter ou non un conducteur et pour calculer sa prime : la puissance du véhicule et son usage, le conducteur et son historique. Autant dire que si vous êtes jeune ou malussé et que vous conduisez un 4X4 ou une grosse cylindrée, vous cochez toutes les mauvaises cases. Vous trouverez forcément une assurance, mais à quel prix ? Voyons comment trouver le meilleur compromis.

1 – Les jeunes conducteurs

Définition du jeune conducteur

Un jeune conducteur pour un assureur n’est pas forcément une personne jeune, c’est quelqu’un qui n’a pas été assuré au cours des trois dernières années. Cela inclut :

  • Les détenteurs d’un permis probatoire parce qu’ils sont de nouveaux titulaires du permis de conduire, quel que soit leur âge ;
  • Les détenteurs d’un permis probatoire parce qu’ils sont de nouveaux titulaires du permis après une invalidation ou une annulation judiciaire ;
  • Les conducteurs n’ayant jamais été assurés en tant que conducteur principal ou conducteur secondaire ;
  • Les conducteurs d’une voiture de fonction, non désignés comme tels par l’assurance de la société.

Tous ces conducteurs sont considérés comme susceptibles d’avoir des comportements à risques et à ce titre les assureurs sont davantage circonspects lorsqu’il s’agit de les assurer.

Un jeune conducteur n’est pas forcément conducteur jeune !

Comment éviter les surprimes pour assurer des véhicules puissants

Les assureurs n’ayant aucun intérêt à avoir des clients dont le profil arrive en tête des statistiques de l’accidentologie routière, ils vous font payer très cher votre inexpérience. Voici quelques astuces pour faire baisser la facture :

  • Si vous avez la possibilité d’anticiper, optez pour la conduite accompagnée qui vous ouvre les portes de la réduction de 50% de la surprime jeune permis ;
  • Assurez-vous sur le contrat d’un tiers – parents, conjoint… – en tant que conducteur secondaire ;
  • Achetez une voiture d’occasion, même puissante, la prime sera inférieure à celle d’une neuve ;
  • Comparez les options : avec une assurance au tiers +, vous avez un bon compromis entre l’assurance tous risques et l’assurance au tiers ;

Optez pour une franchise assez haute, cela fait mécaniquement baisser votre prime. Voir d’autres conseils sur ce forum auto.

2 – Les conducteurs malussés

Comment devient-on un conducteur malussé ?

Le système bonus-malus récompense les bons conducteurs et pénalise ceux qui commettent des infractions. Lorsque vous souscrivez votre première assurance, votre coefficient est de 1. En absence d’infraction, il se réduit de 5% chaque année et augmente de 25% lors de chaque sinistre responsable. L’échelle de notation oscille entre 0,50 et 3,50 et prend en compte l’historique sur treize ans.

Le conducteur malussé est logiquement considéré comme plus coûteux que la moyenne et l’assurance, si elle accepte de vous prendre en charge, répercute ce risque sur le montant de la prime.

Le Code des assurances a établi un barème fixant les limites de la surprime :

  • 50% si vous êtes responsable d’au moins trois accidents au cours de la dernière année ;
  • 50% si vous êtes responsable d’un accident ou avez commis une infraction dont les conséquences mènent à une suspension de permis de 2 à 6 mois ;
  • 100% si vous êtes responsable d’un accident ou avez commis une infraction dont les conséquences mènent à une suspension de permis de plus de 6 mois ;
  • 100% si vous avez commis un délit de fuite après un accident ;
  • 100% si vous n’avez pas déclaré certains accidents dans lesquels vous avez été impliqué au cours des trois dernières années ;
  • 150% si vous avez été responsable d’un accident sous l’emprise de l’alcool ;
  • 200% si votre permis a été annulé ou suspendu plusieurs fois au cours de la dernière année ;
  • 400% si vous cumulez plusieurs des points précités !

Dans ces conditions, la prime d’assurance pour un 4×4 ou une grosse cylindrée atteint des sommets. 

Quelle est la solution ?

Les assurances ont un certain seuil de tolérance mais lorsqu’elles considèrent que vous êtes vraiment un conducteur dangereux, elles cherchent à résilier votre contrat.

Comme il est interdit de rouler sans assurance, vous devez vous tourner vers les compagnies spécialisées dans la prise en charge des conducteurs malussés. Il s’agit d’assurance voiture pour mauvais payeur

Si vous ne trouvez pas d’assurance qui vous accepte, vous devez vous tourner vers le BCT – le Bureau Central de Tarification – dont la vocation est d’accompagner les conducteurs malussés à trouver une compagnie.

Vous pouvez faire appel au BTC quinze jours après la réception d’un second refus d’une assurance.  Ils obligeront un assureur à vous signer un contrat d’un an qu’il sera libre ensuite de renouveler, ou pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here